China-Belgium Technology Center

Le China-Belgium Technological Center s’implante dans le parc scientifique Einstein à proximité immédiate de la ville de Louvain-La-Neuve. Le projet est piloté par la société JuXing International qui désire implanter en Belgique une plateforme destinée à des entreprises chinoises souhaitant développer des projets novateurs en collaboration, notamment, avec l’Université Catholique de Louvain. Le centre accueillera cinq pôles d’activité : biotechnologie, énergies vertes, optoélectronique (interaction de phénomènes optiques et électroniques), télécommunication et un incubateur d’entreprises.

De l’ordre de 120.000 m2, le projet comprend des bureaux (75.000 m2), un hôtel de 160 lits (8.000 m2), un centre de services et de conférences (5.000 m2), de la logistique (4.000 m2) et des parkings (26.000 m2). Le terrain présente une superficie de 8 hectares de part et d'autre d'un vallon. Pour répondre à la demande de densité importante, le projet tire parti du profil. Deux niveaux de socle occupent le vallon, traçant des horizontales et générant les parkings, le centre de service et les accueils des différents pôles. Au centre du site, par dessus la voirie et à la jonction entre les niveaux des deux socles, s'implante une place publique, ouverte sur un bord. 5 tours s'élèvent autour de la table, donnant un visage à chaque pôle. Une sixième tour plus importante consacrée à l'hôtel vient se poser en signal en bord de place. Articulés aux tours d'entrée, des plateaux de bureaux, posés comme des poutres.

Cela concernera, au terme d’un investissement de 200 millions d’euros et de deux années de chantier, quelque 1.500 emplois, dont 60 % pour les Belges. Environ 300 Chinois vont venir s'installer à Louvain-la-Neuve.

En Avril 2015, le China-Belgium Technology Center (CBTC) a obtenu le bail emphytéotique qui lui permettra de construire 90.000 m2 de bâtiment sur un terrain de 8,3 hectares entre la N4 et l’autoroute E411, à gauche de la zone Fleming. En attendant, les Chinois sont déjà présents à l’avenue Einstein avec six sociétés.

Un changement d'actionnaire retarde les travaux

Début avril 2016, l’Intercommunale du Brabant wallon (IBW) devrait commencer l’aménagement du terrain où sera construit l’incubateur, une zone d’environ neuf hectares située en bordure de la Nationale 4, à proximité de Oh! Green, un grand magasin de jardinage bien connu dans la région. Concrètement, l’IBW doit construire les routes et le réseau d’égouttage, et amener sur le terrain tout ce qui doit permettre aux entreprises chinoises de se développer: électricité, eau, gaz, fibre optique et téléphone.

Ce chantier-là va durer une petite année. Parallèlement devrait commencer dans quelques mois la construction de l’incubateur proprement dit: un complexe de cinq bâtiments sur 90 000 mètres carrés, des bureaux, des laboratoires, des salles de conférence, ainsi qu’un hôtel pour accueillir les expatriés chinois de passage à Louvain-la-Neuve.

En fait, ces travaux auraient dû être lancés depuis longtemps. Initialement, on évoquait une ouverture de l’incubateur en 2017, tout devait être construit en une seule fois. Mais le planning a été revu, le chantier sera finalement mené par phases d’ici 2020.

La raison de ce retard, c’est une modification dans l’actionnariat chinois. L’un des partenaires à l’origine du projet a été remplacé récemment par un autre actionnaire, ce qui a nécessité une révision des conventions et du plan financier. Selon nos informations, ces changements seront officialisés lors de la visite en Chine du Premier Ministre, Charles Michel, fin mars 2016.

Les travaux débutent en 2016 et devraient être finalisés en 2020.

Le China-Belgium Technology Center (CBTC) a été officiellement lancé le lundi 20 juin 2016. La première phase du chantier débutera en octobre 2016 et les premiers bâtiments sont attendus pour fin 2018.

Le coût de ce centre d’affaires, dédié à l’accueil d’entreprises high-tech et comprenant plusieurs incubateurs, s’élève à 200 millions d’euros. United Investment Group (UIG), entreprise de la province de Hubei, est actionnaire majoritaire du CBTC (90 %). Juxing International Technology Investment (Chine) détient les 10 % restants.