Place des Wallons

La place des Wallons ne sert aujourd’hui plus que de lieu de transit entre le plateau des Sciences et la place de l’Université. Les quelques commerces présents sur cette place ne parviennent pas à happer l’important flux de piétons.Pourtant, la place des Wallons a une valeur historique importante pour Louvain-la-Neuve puisqu’elle fut l’une des premières places à avoir été construite. Inaugurée en 1975, elle fut même pendant quelques années le vrai centre de Louvain-la-Neuve avec la place Galilée et la place des Sciences. Depuis elle a pris un sérieux coup de vieux. "Le centre ville s'est déplacé progressivement", explique le bourgmestre Jean-Luc Roland. "Aujourd'hui, on a fait le constat que la place des Wallons est devenue un lieu de passage". On ne s'y arrête plus. Décision fut prise en 2009 de la rénover et de la remettre au goût du jour. "Il faut retravailler le sens, la fonction, de cette place et l'intégrer dans un projet de développement de Louvain-la-Neuve". L'idée est d'en faire une étape, un lieu d'arrêt, sur le chemin qui amènera les visiteurs vers le futur Musée de Louvain la Neuve dans l'ancienne bibliothèque des sciences.

Changement le plus visible: La destruction du mur, qui cache la vue sur la place quand on monte la rue des Wallons. Il sera remplacé par une pente douce, arrondie d'escaliers, dont certaines marches se transformeront en terrasses, aux fonctions multiples. "Nous aurons différents espaces", explique Perrine Compain, de l'Atelier d'architecture de Genval. "Un espace que nous appelons le "sous-bois", où nous avons décidé de planter trois arbres qui apporteront de l'ombre, ils seront entouré d'assises qui serviront de zone de repos. Il y a une zone avec de l'eau, mais qui n'est pas encore bien définie. Une zone d'expression publique, avec une petite estrade qui permettra la présentation de petites pièces de théâtre. Les terrasses horeca. Et enfin, la plus grande zone de cette place qui pourra être recouverte d'une toile à la demande pour des événements".

Quatre acteurs sont associés dans le projet, explique Jean-Luc Roland : "La ville, qui s'occupera de l'espace public, l'INESU, le bras armé commercial de l'université pour la galerie des commerçants. L'UCL qui est propriétaire de certains bâtiments de kots en bordure de la place. Et une co-propriété qui fait l'essentiel du pourtour de la place". Une co-propriété qui a marqué son accord pour retravailler notamment les baies vitrées des façades, une fois que les travaux auront commencé. La grande cage d'escalier extérieure, taguée il y a quelques années pour un festival de Street Art sera nettoyée. "La place s'était dégradée au fil du temps. Il y a eu quelques efforts pour donner de la couleur et de la gaieté. Mais c'est un emplâtre sur une jambe de bois. Ici on est dans un projet de reconsidération complète de la place et des façades. Dans un esprit épuré, serein et calme. Les graffitis, qui par ailleurs sont beaux, n'auront plus leur place". Les quatre partenaires vont maintenant se mettre au travail pour concrétiser ce projet. La ville espère voir les premiers travaux débuter en 2017. L’UCL met 100.000€ pour les nouvelles enseignes, le nouvel éclairage de la galerie et son rafraîchissement. C’est par là que le chantier débutera, cette année encore. La Ville a inscrit un montant de 300.000€ dans son plan stratégique transversal dont 150.000€ de subsides. «On avait fait une estimation à la grosse louche à l’époque. Il faudra réévaluer ce montant», précise le bourgmestre.